La transformation numérique dans l’industrie de la construction


Le développement constant de nouvelles technologies est un facteur clé de la façon dont nous vivons et travaillons en Suisse aujourd’hui. La transformation numérique a touché tous les domaines de l’économie et de la société et oblige les particuliers et les entreprises, y compris les entreprises de construction, à faire face à la mégatendance de la numérisation.


Le chantier de l’avenir sera numérique. L’utilisation de machines de chantier autonomes, de drones et d’imprimantes en 3D ira de soi comme la mise en réseau intelligente de l’homme et de la machine. Les investissements en logiciels et en nouvelles technologies, comme robots collaboratifs, ordinateurs vestimentaires (wearables), capteurs smart (smart sensors) feront partie des éléments fixes de la stratégie d’entreprise du futur et serviront en priorité à accroître la productivité. Par la numérisation croissante tout au long de la chaîne de valeur ajoutée à savoir planification – construction – exploitation – la collaboration de tous les corps de métier sur le chantier subira un profond changement de paradigme. En tant que forme souple et rapide de collaboration, le BIM résoudra des projets de construction complexes de manière très efficace.


En tant qu’organisation suisse professionnelle, économique et patronale des entreprises du bâtiment et du génie civil, ainsi que des branches apparentées du secteur principal de la construction, la SSE accorde toute l’importance voulue à la numérisation avec le concept Entrepreneur 5.0.


De solides partenariats


La SSE se positionne dans la numérisation en concluant des contrats de coopération avec les partenaires les plus divers pour garantir les plus-values appropriées pour les membres, le secteur principal de la construction et l’ensemble de la branche de la construction. Les partenaires sont les membres de la Société Suisse des Entrepreneurs (partenaires internes), de même que des groupes organisés et non-organisés de personnes, des associations et institutions (partenaires externes) collaborant avec la SSE sur la base d’échanges d’informations.


Objectifs et points forts stratégiques


L’entrepreneur 5.0 est l’objectif global du concept. Concrètement, la SSE applique une approche tridimensionnelle au moyen de divers objectifs partiels; ceux-ci sont pour l’essentiel orientés en fonction des aptitudes numériques de l’entrepreneur (échelon micro), de la compétitivité de l’entreprise (échelon méso) ainsi que d’une branche de la construction concurrentielle apte à affronter l’avenir (échelon macro).


A l’échelon micro, les entreprises de construction acquièrent les rudiments pour affronter le défi de la numérisation. Les mesures et activités définies pour l’échelon méso servent à l’adaptation ou à la transformation des entreprises avec pour but de garantir leur compétitivité pour l’ère du numérique. A l’échelon macro, le concept garantit que les obstacles techniques, politiques et normatifs soient supprimés pour le succès de la transformation et que des conditions-cadres positives soient créées à cet effet.


La SSE concentre ses principales activités sur des thèmes très importants pour la construction et pour le secteur principal de la construction; elle se focalise aussi sur des points traçant la voie des entreprises vers la numérisation. A cet effet, la SSE mise sur six points forts stratégiques:


I. Productivité: Poursuite ciblée des processus digitaux dans la construction

II. Compétence: Numérisation dans la formation et le perfectionnement professionnels

III. Innovation: Poursuite ciblée des activités R&D importantes pour la construction

IV.Transformation: Appui soutenu du processus de transformation

V. Développement durable: Soutenir la construction durable par la numérisation

VI.Conditions-cadres: Garantie de conditions-cadres normatives, politiques et juridiques


Programme de mise en œuvre en trois phases


L’application du concept repose sur un programme clairement structuré qui prévoit 3 phases. Dans la première phase «Sensibilisation», la SSE veille à ce que les membres soient sensibilisés en continu et de manière proactive aux chances et aux défis de la numérisation. Dans la deuxième phase «Maîtrise», les principales mesures et activités sont mises en oeuvre pour que les entreprises maîtrisent les défis de l’ère numérique. Dans la troisième et ultime phase «Transformation», un programme axé sur la pratique est prévu sous forme de prestations de conseils, le but étant d’appuyer activement les membres lors de la transformation digitale.


L’entrepreneur 5.0


La numérisation de la construction impliquera non seulement de nouvelles technologies, mais également de nouveaux processus et méthodes de travail ainsi que de la rapidité dans l’exécution. C’est pour cette raison que le facteur critique de succès pour la digitalisation repose sur l’entrepreneur lui-même. En fin de compte, ce dernier décide s’il est disposé à promouvoir la transformation digitale ou s’il veut s’en tenir au statu quo.


L’entrepreneur 5.0 – Mission & Vision


L’entrepreneur de demain, soit l’entrepreneur 5.0, sait exactement les actes que justifie son existence, comment il conduit son entreprise dans l’avenir digital et comment il peut exploiter les chances du chantier numérique. A cet effet, il doit bénéficier de nouvelles compétences et axer davantage son mode de pensée en fonction des modèles digitaux et adapter sa culture d’entreprise en conséquence. Il sera à même de détecter les changements dans les domaines les plus divers de l’entreprise (stratégie, structure, culture, etc.) résultant de la digitalisation et, en outre, il maîtrisera le processus de la transformation numérique avec succès. L’entrepreneur 5.0 agira comme pionnier du numérique dans l’entreprise et accélèrera le processus de transformation. Il devra décider quels domaines et technologies se prêtent à la transformation numérique en garantissant cette dernière avec les ressources requises. Où mènera ce voyage? Quelles technologies seront importantes pour ses affaires? Quels nouveaux domaines pourra-t-il constituer avec la numérisation? Ce sont là autant de questions que l’entrepreneur 5.0 devra se poser en développant une vision cohérente à l’aide une carte géographique digitale pour définir l’avenir numérique de son entreprise. Il n’hésitera pas à utiliser de nouvelles platesformes techniques réticulées et des méthodes de planification pour la collaboration numérique. Même s’il maîtrise les rudiments techniques, le rythme élevé d’innovation et de changement l’oblige à se perfectionner en permanence, car des aptitudes techniques accrues seront exigées à l’avenir sur les chantiers. L’entrepreneur 5.0 crée une marge de manoeuvre pour que lui-même et ses collaborateurs soient en mesure de maîtriser les défis du chantier numérique. Tous ces bouleversements impliquent pour de nombreux entrepreneurs la nécessité de changer radicalement de mentalité.


Le portrait de l’entrepreneur 5.0 a pour but de guider les activités de l’entreprise de construction innovante en la motivant à franchir ce pas décisif. Dans une optique externe, soit vis-à-vis du public et de l’ensemble de la branche de la construction, le portrait de l’entrepreneur 5.0 décrit de manière simplifiée la vision et la mission issues du présent concept de numérisation du secteur principal de la construction.